Ce site web n'est que partiellement utilisable
Veuillez activer les cookies dans votre navigateur pour pouvoir utilisez ce site web.

Alimentation, forme et sport

Activité physique, bien-être et santé sont indissociables.

De nombreuses études ont montré qu'une activité physique régulière peut permettre d'atténuer la gravité de certaines maladies courantes telles que le surpoids, les troubles cardio-vasculaires, le diabète de type 2, l'ostéoporose (réduction de la masse et de la densité osseuses), les maux de dos ainsi que les cancers du côlon et du sein. L'activité physique – tant au quotidien que dans le cadre d'entraînements sportifs – a, en outre, un effet positif sur le bien-être mental.

Les motivations pour faire du sport sont multiples: certains le pratiquent comme hobby, pour la convivialité du moment ou pour rester en forme, tandis que d'autres veulent maintenir leur poids ou battre des records. Ainsi, les personnes qui font du sport constituent un groupe extrêmement hétérogène, des retraités allant courir deux fois par semaine aux marathoniens, et des randonneurs du dimanche aux grimpeurs et alpinistes. Il en résulte que les activités elles-mêmes sont très différentes les unes des autres, d'un point de vue qualitatif et quantitatif, et que les besoins en énergie et nutriments des sportifs sont donc également très variables.

Pour la plupart des personnes qui font du sport pendant leur temps libre, l'alimentation fournit toute l'énergie et tous les nutriments nécessaires, pour autant qu'elle respecte les recommandations de base de la pyramide alimentaire suisse. Ce n'est qu'à partir d'une activité sportive quotidienne – ou presque – d'au moins une heure à intensité moyenne (soit à partir d'env. cinq heures par semaine) que des apports supplémentaires sont nécessaires.

Pyramide alimentaire pour les sportifs, à partir d'env. cinq heures de sport hebdomadaires Download Pyramide alimentaire Sport

 

 

Alimentation, forme et sport et le Fromage Suisse

Les protéines jouent un rôle essentiel dans le développement et le maintien de la musculature. Il est judicieux de répartir les apports en protéines sur la journée, car l'organisme ne peut pas en stocker d'importantes quantités. Il ne sert donc à rien de consommer une unique grosse portion de protéines lors d'un repas. Les études réalisées indiquent que l'apport optimal est de 20 à 30 g de protéines par repas pour activer au maximum la croissance musculaire. Cette quantité correspond à env. 60 g de fromage, 100 g de viande ou de poisson ou 200 g de légumineuses cuites. Une alimentation équilibrée respectant la pyramide alimentaire suisse permet d'assurer les apports en protéines recommandés. Il n'est donc en principe pas nécessaire de consommer des produits hyperprotéinés.

Source d'information: Société Suisse de Nutrition SSN www.sge-ssn.ch

0

À propos des cookies sur ce site: En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant, ainsi qu'à nos partenaires, de vous reconnaître et de comprendre comment vous utilisez notre site web. En savoir plus .